La  vraie question n'attend pas la réponse. Et, s'il y a réponse, celle-ci n'apaise pas la question et même, si elle y met fin, elle ne met pas fin à l'attente, qui est la question de la question [...]. Toute réponse doit reprendre en elle l'essance de la question, qui n'est pas éteinte par ce qui répond.